Augmentation mammaire 2018-04-19T13:19:17+00:00

Augmentation mammaire Tunisie

Tarifs augmentation mammaire Tunisie

L’augmentation mammaire par prothèses mammaires rondes coûte 2100 euros

L’augmentation mammaire par prothèses mammaires anatomiques coûte 2350 euros

L’augmentation mammaire par lipofilling coûte 1800 euros

Obtenir Un Devis Gratuit

L’augmentation mammaire est l’intervention chirurgicale de référence en Tunisie qui consiste à augmenter le volume des seins ou d’en modifier la forme afin d’harmoniser le buste par rapport à la silhouette de la patiente. Cette intervention concerne les seins trop petits suite à un amaigrissement, une grossesse ou à une modification hormonale (hypotrophies) ou les seins hypoplasiques c’est-à-dire dont l’insuffisance de volume est d’origine constitutionnelle.

En chirurgie esthétique, les objectifs et les stratégies chirurgicales d’une augmentation mammaire diffèrent d’une patiente à une autre. Le galbe et le volume sont adaptés selon les souhaits de la patiente. La chirurgie agit sur la forme des seins, leur volume et sur leur base d’implantation.

L’augmentation des seins par pose de prothèses mammaires

La prothèse mammaire est une enveloppe de silicone remplie de gel , elle modifie la taille, la forme et le galbe des seins lorsqu’ils sont trop petits ou inexistants.

L’implant mammaire peut se mettre derrière la glande mammaire sur le muscle pectoral ou en arrière de ce même muscle directement contre le thorax. Cette chirurgie mammaire permet à la poitrine de retrouver toute sa rondeur.

Plusieurs cas sont possibles chez les femmes qui souhaitent avoir recours à des prothèses mammaires :
– La femme a une petite poitrine et voudrait une taille qui correspond à ses envies.
– Un sein est plus petit que l’autre et la femme souhaite rétablir l’harmonie de sa poitrine.
– Suite à un amaigrissement ou une grossesse, les seins se sont vidés et la femme souhaite retrouver son tour de poitrine initial.
– La glande est peu ou pas développée et la poitrine est plate.

Les différents types de prothèses mammaires

Le chirurgien établit un examen morphologique des seins. Il examine la glande mammaire, le tissu graisseux mammaire, les muscles thoraciques et la qualité cutanée. Le chirurgien conseille le type de prothèse le mieux adapté à la patiente ainsi que le site d’implantation (rétro- musculaire ou non). Un essayage avec un soutien-gorge adapté sera effectué lors de la consultation.

Implant mammaire

Les prothèses mammaires anatomiques

Elles ont une forme naturelle et sont généralement adaptées aux patientes minces avec des tissus non épais ou n’ayant que peu de glandes mammaires, ainsi que pour les cas de reconstruction mammaire.

Implant mammaire

Les prothèses rondes

Elles permettent un décolleté plus pigeonnant et un aspect davantage bombé dans la partie haute des seins.

Implant mammaire

La consistance des prothèses

Elles sont constituées d’une enveloppe de silicone contenant un gel de silicone (Hydrogel) ce qui procure un toucher très naturel et agréable. Il s’agit d’un gel aqueux, homologué depuis 2005, composé en grande partie d’eau gélifiée par un dérivé de cellulose. Il est résorbable par l’organisme en cas de rupture de l’enveloppe.

L’augmentation des seins par lipofilling

Le lipofilling des seins est une technique d’augmentation mammaire par injection de votre propre graisse. C’est une technique révolutionnaire qui utilise un excès de graisse pour récréer un sein souple et naturel tout en redressant la silhouette par liposuccion.

Avant l’opération :

– Un bilan sanguin préopératoire sera réalisé conformément aux prescriptions ainsi qu’un bilan radiologique du sein (mammographie,échographie).

– Le médecin anesthésiste sera vu en consultation au plus tard 24h avant l’intervention.

– Aucun médicament contenant de l’aspirine ne devra être pris dans les dix jours précédant l’opération.

– On vous demandera probablement de rester à jeun (ne rien manger ni boire) six heures avant l’intervention.

– Les données scientifiques sont, à l’heure actuelle, unanimes quant aux effets néfastes de la consommation tabagique dans les semaines entourant une intervention chirurgicale. Ces effets sont multiples et peuvent entrainer des complications cicatricielles majeures, des échecs de la chirurgie et favoriser l’infection des matériels implantables. Dans cette optique, la communauté des chirurgiens plasticiens s’accorde sur une demande d’arrêt complet du tabac au moins un mois avant l’intervention puis jusqu’à cicatrisation (en général 15 jours après l’intervention). La cigarette électronique doit être considérée de la même manière.

Déroulement de l’opération :

L’opération se fait sous anesthésie générale. Elle dure environ entre 1 h et 2 h 30 et la patiente passe une nuit en clinique.

Lifting mammaire

Incisions cutanées :

Il existe plusieurs « voies d’abord » possibles :
•    voies aréolaires, avec incision dans le segment inférieur de la circonférence de l’aréole, ou ouverture horizontale contournant le mamelon par-dessous; (1 et 2)
•    voie axillaire, avec incision sous le bras, dans l’aisselle; (3)
•    voie sous-mammaire, avec incision placée dans le sillon situé sous le sein. (4)

Le tracé de ces incisions correspond à l’emplacement des futures cicatrices, qui seront donc dissimulées dans des zones de jonction ou des replis naturels.

Mise en place des prothèses :

En passant par les incisions, les implants peuvent alors être introduits dans les loges réalisées. Deux positionnements sont envisageables :
•    prémusculaire, où les prothèses sont placées directement derrière la glande, en avant des muscles pectoraux ;

•    rétromusculaire, où les prothèses sont placées plus profondément, en arrière des muscles pectoraux.

Le choix entre ces deux emplacements, avec leurs avantages et inconvénients respectifs, sera discuté avec votre chirurgien.

Lifting mammaire

Gestes complémentaires :

En cas de ptôse mammaire associée (seins tombants, aréoles basses), il pourrait être souhaitable de réduire l’enveloppe cutanée du sein pour le faire remonter («mastopexie»). Cette résection de peau se traduira alors par des cicatrices plus importantes (autour de l’aréole ± verticale ± horizontale dans le sillon sous-mammaire)

Drains et pansement :

Un petit drain peut être mis en place en fonction des habitudes du chirurgien et des conditions locales. Il est destiné à évacuer le sang qui pourrait s’accumuler autour des prothèses.En fin d’intervention, un pansement « modelant » est réalisé avec un bandage élastique.

Après l’opération:

– Les suites opératoires peuvent être douloureuses les premiers jours, notamment quand les implants sont de gros volume et surtout s’ils sont placés derrière les muscles. Un traitement antalgique, adapté à l’intensité des douleurs, sera prescrit pendant quelques jours. Dans le meilleur des cas, la patiente ressentira une forte sensation de tension.

– Œdème (gonflement), ecchymoses (bleus) et gêne à l’élévation des bras sont fréquents les premiers jours.

– Le premier pansement est retiré après quelques jours. Il est alors remplacé par un pansement plus léger. Un soutien-gorge pourra alors être recommandé nuit et jour pendant quelques semaines.

– La plupart du temps, les fils de suture sont internes et résorbables. Dans le cas contraire, ils seront retirés au bout de quelques jours*.

– Il convient d’envisager une interruption d’activité d’une durée de cinq à dix jours*.

– Il est conseillé d’attendre un à deux mois pour reprendre une activité sportive*.

– L’intervention aura permis une amélioration du volume et de la forme de la poitrine. Les cicatrices sont habituellement très discrètes. Le gain de volume mammaire a une répercussion sur la silhouette globale, permettant une plus grande liberté vestimentaire. Au-delà de ces améliorations physiques, le recouvrement d’une féminité pleine et entière a souvent un effet très bénéfique sur le plan psychologique*.

Complications envisageables :

– En ce qui concerne l’anesthésie, lors de la consultation préopératoire obligatoire, le médecin anesthésiste informera lui-même la patiente des risques anesthésiques. Il faut savoir que l’anesthésie, quelle qu’elle soit, induit dans l’organisme des réactions parfois imprévisibles et plus ou moins faciles à maîtriser.
Toutefois, en ayant recours à un anesthésiste – réanimateur compétent, exerçant dans un contexte réellement chirurgical, les risques encourus sont devenus statistiquement très faibles. Il faut en effet garder à l’esprit que les techniques, les produits anesthésiques et les méthodes de surveillance ont fait d’immenses progrès ces trente dernières années, offrant une sécurité optimale, surtout quand l’intervention est réalisée en dehors de l’urgence et chez une personne en bonne santé.

– En ce qui concerne le geste chirurgical, en choisissant un chirurgien plasticien qualifié et compétent, formé à ce type d’intervention, vous limitez au maximum ces risques, sans toutefois les supprimer complètement.
En pratique, la grande majorité des augmentations mammaires réalisées dans les règles se passe sans aucun problème, les suites opératoires sont simples et les patientes sont pleinement satisfaites de leur résultat. Pourtant, parfois, des complications peuvent survenir au décours de l’intervention, certaines inhérentes au geste chirurgical mammaire et d’autre spécifiquement liées aux implants

Complications inhérentes au geste chirurgical mammaire: Épanchements ou infections / nécrose cutanée / anomalies de cicatrisation / altération de la sensibilité / galactorrhée ou épanchements lactés

Risques spécifiquement liés aux implants : Formation de «plis» ou aspect de «vagues» / rupture / malposition ou déplacement / Rotation / Déformation de la paroi thoracique

*Disclamer: les résultats peuvent varier d’une personne à une autre selon la morphologie des patients.

Lifting mammaire
Gynécomastie